Tout savoir sur le phénomène « Éclipse solaire »

Solar_eclipse_1999_4_NRUne éclipse solaire (ou plus exactement une occultation solaire) se produit lorsque la Lune se place devant le Soleil, occultant totalement ou partiellement l’image du Soleil depuis la Terre. Cette configuration peut se produire uniquement durant la nouvelle lune, quand le Soleil et la Lune sont en conjonction par rapport à la Terre.

Dans des époques reculées, mais aussi dans certaines cultures actuelles, il est attribué aux éclipses solaires des propriétés mystiques. Les éclipses solaires peuvent être effrayantes pour des personnes ignorant la nature relativement inoffensive de ce phénomène astronomique. En effet, le Soleil disparait soudainement au cours de la journée et le ciel s’obscurcit en quelques minutes.

Les éclipses totales de Soleil à un endroit donné de la Terre sont des événements très rares et de courte durée (pas plus de 8 minutes[]). Quel que soit le lieu sur Terre, la totalité est observée uniquement sur une bande étroite qui correspond au passage de l’ombre portée de la Lune sur la surface terrestre. Une éclipse totale solaire est un phénomène naturel spectaculaire et de nombreuses personnes envisagent de voyager pour assister à ce type d’événement; ce sont les « chasseurs d’éclipses ».

Type_EclipsTypes

Il existe 4 types d’éclipses solaires :

  • Éclipse totale se produit lorsque le Soleil est complètement occulté par la Lune. Le disque solaire intensément lumineux est remplacé par une silhouette lunaire noire, et la majeure partie de la couronne solaire est visible. Durant toute l’éclipse, la totalité est observable uniquement sur une bonne partie de l’étroit parcours de l’ombre sur la surface de la Terre.
  • Éclipse annulaire se produit quand le Soleil et la Lune sont parfaitement alignés avec la Terre (c’est aussi une éclipse « centrale »), mais que la taille apparente de la Lune est légèrement inférieure à celle du Soleil. C’est-à-dire que le Soleil apparaît comme un anneau très brillant entourant le disque lunaire.
  • Éclipse hybride, appelée aussi éclipse annulaire-totale ou éclipse mixte est l’état intermédiaire entre une éclipse totale et une éclipse annulaire. C’est une sorte de mélange ou de transition, entre les deux. Elle est donc annulaire ou totale, selon le lieu d’observation. Si en certains points géographiques terrestres elle est annulaire : au début ou à la fin de son parcours, où la distance surface terrestre – Lune est plus longue d’un rayon terrestre que celle à mi-parcours ; sur le reste du parcours, où la distance surface terrestre – Lune est plus courte, elle est totale.

           Les éclipses hybrides sont assez rares :

    • À notre époque, l’avant-dernière a eu lieu le 8 avril 2005 et la suivante a eu lieu le 3 novembre 2013, qui fut une très rare AT (annulaire-totale).
    • Avant la première du XXIe siècle, il y eut une paire d’hybrides à la fin du XXe siècle : celle des 3 octobre 1986[3] et 29 mars 1987[4] ; un « duo » encore plus rare. Le prochain « duo », ou doublet hybride, est celui du milieu de ce siècle avec les éclipses des 25 novembre 2049 et 20 mai 2050, et ce sera le seul du XXIe siècle.
  • Éclipse partielle se produit lorsque le Soleil et la Lune ne sont pas parfaitement alignés et que la Lune n’occulte qu’en partie le Soleil. Ce phénomène peut être généralement observé sur une grande partie de la Terre en dehors de la bande d’ombre d’une éclipse totale ou d’une éclipse annulaire. On appelle « éclipse partielle » une éclipse qui ne présente sur Terre que les phases partielles. Elle se produit lorsque l’alignement Soleil-Lune passe au « nord du pôle Nord » ou au « sud du pôle Sud ». La zone partielle peut concerner les zones polaires et tempérées, mais pas tropicales.

Observation

Lors des éclipses solaires, le croissant lumineux s’amincit et peut être contemplé sans éblouissement, ce qui augmente la confiance du spectateur et la durée de ses fixations oculaires. Or, le Soleil reste dangereux par le passage de rayons très nocifs : les rayons ultraviolets (UV-A, UV-B) et infrarouges (IR), invisibles, peuvent provoquer plusieurs photo traumatismes sur différents composants de l’œil, la cornée (ulcération, kératite due aux UV), le cristallin (apparition plus précoce de 5 à 10 ans de la cataracte due aux UV), de l’humeur vitrée (coagulation par les IR) et la rétine (brûlure indolore après une trentaine de secondes d’observations, pouvant aller jusqu’à la cécité[] définitive)[].

Attention :

Les éclipses solaires ne peuvent être observées directement sans protection, sauf et uniquement pendant la phase de totalité (quand plus aucune partie du soleil n’est visible). Pendant les autres phases, l’observation peut être réalisée à l’aide de lunettes de protection « spéciale éclipse ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*